R.I.P. CHARLIE

Parce qu’il n’y a pas de mots quand des tarés ne comprennent pas les concepts comme la liberté de la presse, la satire, ou simplement la tolérance à l’humour des autres (voire la tolérance tout court en fait).

Parce qu’il serait facile de céder à la colère, à la haine, à la généralisation des préjugés, encore plus quand cela arrive chez nous et pas « dans un de ces pays, tu sais, ils sont toujours en guerre, par là bas… ».

Parce que le meilleur moyen d’honorer les morts, ce serait encore d’en rire…. Mais il faut pas pousser quand même !

Restons digne. Défendons nos valeurs, sans tomber aussi bas que ces sales types.

tornoe

Publicités

BENETTON : UnHATE – La Campagne Choc

Avec une année économique difficile, Benetton a opté pour une formule déjà éprouvé : la campagne publicitaire choc.

Cette fois, pour la campagne UnHate, la marque italienne aura choisi comme images les grands leaders politiques de ce monde entrain d’embrasser leur pire (ou presque) ennemi. Une manière d’appeler à la tolérance, mais sans doute aussi, de dénoncer l’hypocrisie.

Ainsi, on verra sur les quads publicitaires : La chancelière allemande Angela Merkel et Nicolas Sarkozy,  le premier ministre palestinien Mahmoud Abbas et l’ex-premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, le président de la Réplique de Corée (Corée du Sud) Lee Myung-Bak et le dictateur, heu pardon, « Cher Dirigeant » de la Corée du Nord Kim Jong-Il, le président Obama et le président bolivarianiste vénézuélien Hugo Chavez, Obama et Hu Jintao, président de la République Populaire de Chine, l’actuel Pape Benoît XVI et Mohamed Ahmed al-Tayeb, l’imam d’Al Azhar, une de splus anciennes mosquée du Caire, et plus haute autorité de l’islam acharite en Égypte.

La 7° affiche montrant Silvio Berlusconi et Angela Merkel a été retirée suite à la démission du président italien.

 

JOURNEE INTERNATIONALE des DROITS de l’ENFANT

« Rien n’est plus important que de bâtir un monde dans lequel tous nos enfants auront la possibilité de réaliser pleinement leur potentiel et de grandir en bonne santé, dans la paix et dans la dignité. »
Kofi A. Annan, secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies

Aujourd’hui, c’est la Journée de Défense et Promotion des Droits de l’Enfant.

Les Droits de l’Enfant, c’est quoi ?

  1. Le Droit à la Vie :  des millions d’enfants sont tués chaque année en toute impunité. 2 grandes problématiques se posent encore :  l’infanticide féminin, présents surtout en Orient (Chine, Inde, Japon) malgré une interdiction mondiale, et la Peine de Mort pour les Mineurs, appliquée encore par 5 pays (l’Iran, l’Arabie Saoudite, le Pakistan, le Soudan et le Yemen).
  2. Le Droit à l’Education : Plus de 72 millions d’enfants en âge de suivre l’école primaire ne sont pas scolarisés et plus de 759 millions d’adultes sont analphabètes et n’ont pas les connaissances nécessaires pour améliorer leurs conditions de vie et celles de leurs enfants. L’Afrique subsaharienne est la région la plus touchée avec plus de 32 millions d’enfants non scolarisés en école primaire. L’Asie centrale et de l’Est, ainsi que le Pacifique, sont également très touchés par ce problème avec plus de 27 millions d’enfants non scolarisés.
  3. Droit à l’Alimentation : Dans les pays en développement, 146 millions d’enfants âgés de moins de 5 ans ont un poids très inférieur à la normale. C’est donc un enfant sur quatre dans le monde qui est atteint de malnutrition chronique ou aigüe. L’Afrique subsaharienne, l’Asie du Sud-est, l’Asie de l’Est et le Pacifique sont les régions les plus touchées par l’insécurité alimentaire. La mortalité infantile y atteint des sommets, notamment dans la région du Sahel, où 60 % des décès d’enfants âgés de moins de 5 ans sont directement liés à la malnutrition.
  4. Droit à l’Eau : Chaque année, 1,8 million d’enfants de moins de cinq ans meurent de maladies provoquées par une eau insalubre. C’est 1 enfant qui meurt toutes les 20 minutes.

5. Droit à la Santé : À l’heure actuelle, plus de 1/3 de la population mondiale n’a pas accès aux médicaments essentiels à leur santé et à leur survie en raison de prix trop élevés. Chaque année, plus de 13 millions d’enfants de moins de cinq ans décèdent de maladies qui auraient pu être évitées ou soignées.

6.Droit à l’Identité : Ce problème touche principalement les enfants issus des milieux pauvres et marginalisés. Les enfants de familles défavorisées, et/ou issus de milieux ruraux, ont 2 fois plus de risques de ne pas être déclarés à leur naissance. Aussi, ces enfants disparaissent du champ de vision de leur communauté et de leur société, et deviennent alors des proies idéales pour la prostitution, la traite et l’exploitation illicite.

7.Droit aux Libertés : Les normes internationales reconnaissent aux enfants leur droit à la liberté d’opinion, d’expression et d’association. Si ces droits sont reconnus à tous les enfants dans le monde, sans exception, la plupart d’entre eux n’ont pas la chance de pouvoir en bénéficier, et certains ne savent même pas qu’ils bénéficient de ces Libertés. Les Nations Unies montrent l’exemple : en 2002, une Session extraordinaire de l’Assemblée Générale consacrée aux enfants a été organisée. Cette session était l’occasion d’encourager, d’un côté, la participation des enfants pour améliorer leur bien-être et, de l’autre, l’engagement des pays à accorder plus d’importance à la voix des enfants, en 2006, à l’initiative du Secrétaire Général des Nations Unies, une étude sur la violence faite contre les enfants a été organisée avec la participation de jeunes du monde entier afin de tenir compte de leur point de vue et de leurs propositions et en 2008, les enfants étaient conviés à participer au Troisième Congrès Mondial contre l’exploitation sexuelle des enfants et des adolescents8.. Lors de ce congrès, les enfants ont pu rencontrer des chefs d’État, des experts ainsi que des représentants d’ONG, afin de se concerter et d’adopter ensemble des mesures pour lutter contre l’exploitation sexuelle infantile dans le monde.

 8.Droit à la Protection : Entre 500 millions et 1,5 milliard d’enfants sont soumis chaque année à la violence. De plus, chaque année, environ 150 millions de filles et 73 millions de garçons sont victimes de sévices sexuels. La plupart des cas de maltraitance ont lieu dans le cercle familial, ou lorsque les enfants sont victimes d’exploitation par le travail.

 

Il faut savoir qu’en France, il y a actuellement :

  • Un million d’enfants pauvres
  • 19.000 enfants maltraités
  • 76.000 sont en danger dans un contexte familial dégradé et qui menace leur développement éducatif et/ou matériel
  • quelque 240.000 enfants placés ou pris en charge
  • 85 000 sont touchés par le saturnisme
  • record des suicides des 15-24 ans.
  • 150 000 filles et garçons quittent chaque année le système scolaire sans aucune perspective
  • 15 000 ne suivent pas leurs cours alors qu’ils sont inscrits au collège ou au lycée et qu’ils n’ont pas encore 16 ans.
  • 15 % des enfants qui arrivent au collège ne comprennent pas ce qu’ils lisent.

Et la situation notre pays est considérée comme bonne (22°rang mondiale /196). Même si la France traite globalement bien ses 15 millions de moins de 18 ans, elle « peut mieux faire ».

La situation est la plus critique au Tchadoù pour ainsi dire aucun des droits de l’Enfant n’est respecté (ICDE à 0,04/10)-, en Afghanistan et, plus globalement, en Afrique Centrale.

Pour AGIR, vous pouvez faire un don, bien sûr, parrainer un enfant, ou encore devenir bénévole (par internet ou à Genève – formulaire).

 

 

METH PROJECT

Darren Aronofsky, c’est le réalisateur un peu barré et psychotique derrière Requiem For a Dream et Black Swan (et, à un autre niveau, The Wrestler & The Fountain… Soit pas mal de bons films, hein, quand même, le gars… 😎 )

Et comme il sait un truc ou deux sur l’addiction à la drogue, après s’être fait la main avec The Fighter (ben, tiens, en v’là encore un, de film pas mal), Darren, il fait dans la bonne action, avec 4 pubs pour le Meth Project, un groupe d’aide pour les accros à la méthadone. L’idée, c’est de montrer des accros pousser à certaines extrémités par leur addiction, en commencer par un « si seulement j’avais demandé ce que la meth’ allait me faire« .

« If I try Meth will I become an addict? Can you really lose it on Meth? »

« What does Meth do to your brain? Can’t you just stop doing Meth? »

« Will I lose control on Meth? Does Meth really make you violent? »

Plus de vidéo ici.

Simulation IRSN – Fukushima

Puisque la nouvelle semble tout juste commencer à circuler sur le web, voici un joli copier coller de l’article paru sur le site de l’IRSN – Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire – datant des évenements de FUkujima et mis à jour hier.

Simulations de la dispersion atmosphérique du panache radioactif formé par les rejets de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, entre le 12 mars et le 19 mars 2011

Mise à jour du 19 mars 2011

1 – Que sait-on des rejets radioactifs émis depuis le 12 mars 2011 ?

 

L’IRSN n’a pas de données de mesure directe sur la composition et l’ampleur des rejets radioactifs, mais dispose d’informations techniques sur les installations accidentées.

L’interprétation de ces informations a permis à l’IRSN d’élaborer des scénarios probables de dégradation des 3 réacteurs depuis le 12 mars, en s’assurant de leur cohérence avec les mesures de débit de dose obtenues sur le site. L’IRSN a également retenu l’hypothèse que ces rejets se poursuivent jusqu’au 20 mars.

Les éléments radioactifs rejetés au cours des différents épisodes de rejet sont des gaz rares (éléments radioactifs chimiquement peu réactifs, restant dans l’atmosphère sans se déposer au sol) et des éléments volatiles, principalement de l’iode radioactif, dont l’iode 131 qui a une période radioactive de 8 jours, et du césium radioactif, dont le césium 137.

————————————————————–

2 – La dispersion des rejets radioactifs dans l’atmosphère

L’IRSN a simulé la dispersion atmosphérique des rejets estimés entre le 12 et 22 mars, à l’aide de son modèle numérique applicable à longue distance (échelle de plusieurs centaines de kilomètres), en utilisant les observations et les prévisions météorologiques fournies par Météo France.

Cette simulation a été appliquée au césium 137, en tant que traceur du panache radioactif au cours de cette période. Les résultats de cette modélisation sont exprimés en becquerels de césium 137 par mètre cube d’air (Bq/m3).

Visionner la simulation du panache

Cette modélisation effectuée à l’échelle du Japon montre que le panache s’est dirigé dans des directions qui ont varié au cours du temps : d’abord vers le nord-est jusqu’au 14 mars, ensuite vers le sud et le sud-ouest, en direction de Tokyo, le 15 mars, puis vers l’est, en direction de l’océan Pacifique.

L’IRSN a comparé les résultats de cette simulation avec les résultats des mesures de la contamination de l’air effectuées à Tokyo. Ils sont du même ordre de grandeur que les valeurs mesurées dans cette ville, comme le montrent les graphiques ci-dessous pour l’iode 131 et le césium 137.

Cette comparaison permet de considérer que la modélisation de la dispersion atmosphérique effectuée par l’IRSN donne des résultats satisfaisants pour l’agglomération de Tokyo et que les doses calculées par l’IRSN à partir de cette modélisation sont représentatifs des doses susceptibles d’avoir été reçues par la population exposée à ce panache radioactif.

 

 

 

 

————————————————————–

3 – Estimation des doses susceptibles d’être reçues par les personnes exposées au panache radioactif

L’IRSN a estimé les doses susceptibles d’être reçues par une personne exposée au panache radioactif, en supposant qu’elle reste au même endroit et sans protection (à l’extérieur) du 12 au 22 mars. Pour ces calculs de dose, l’IRSN a considéré un enfant d’un an qui est le plus sensible à l’iode 131 (dose à la thyroïde).

Les simulations qui suivent montrent l’évolution des doses au cours du temps, sur la période de simulation. Si de nouveaux rejets devaient se produire dans le futur, ces doses pourraient encore augmenter en l’absence de protection des personnes les plus exposées.

Doses corps entier susceptibles d’être reçues par un enfant de 1 an en l’absence de protection pendant les rejets

Visionner la simulation

 

En cas d’accident, les valeurs de doses corps entier à partir desquelles des actions de protection sont recommandées sont de 10 mSv pour la mise à l’abri et de 50 mSv pour l’évacuation. En dessous de 10 mSv, le risque pour la santé est jugé suffisamment faible pour ne pas rendre nécessaires ces actions de protection. A titre de comparaison, la dose annuelle moyenne reçue en France due à la radioactivité naturelle et aux expositions médicales est de 3,7 mSv.

Doses à la thyroïde susceptibles d’être reçues par un enfant de 1 an en l’absence de protection pendant les rejets

Visionner la simulation

En cas d’accident, les valeurs de doses à partir desquelles l’ingestion d’iode stable est recommandée au Japon sont de 100 mSv.

————————————————————–

4- Modélisation de la dispersion des rejets radioactifs dans l’atmosphère à l’échelle globale

A partir des rejets estimés par l’IRSN, Météo France a simulé la dispersion des rejets radioactifs à très grande distance, projetée jusqu’au 26 mars.

 

visionner la simulation

 

Visionner la simulation

Selon cette simulation, le panache radioactif aurait actuellement atteint le nord-est de la Sibérie, les Etats-Unis et l’ouest de l’atlantique. Il devrait atteindre la France à partir du 23 ou 24 mars.

Les concentrations attendues à terme, d’après cette modélisation, pourraient être de l’ordre de 0,001 Bq/m3 en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer de l’hémisphère nord. Comme attendu, l’hémisphère sud n’est pas significativement affecté par cette dispersion à grande échelle.

A titre de comparaison, les valeurs mesurées au cours des jours suivant l’accident de Tchernobyl étaient dépassaient 100 000 Bq/m3 dans les premiers kilomètres autour de la centrale ; elles étaient de l’ordre de 100 à 1000 Bq/m3 dans les pays les plus touchés par le panache radioactif (Ukraine, Biélorussie) ; en France, les valeurs mesurées dans l’Est étaient de l’ordre de 1 à 10 Bq/m3 (le 1er mai 1986). Aujourd’hui, une très faible activité de césium 137 subsiste dans l’air, de l’ordre de 0,000001 Bq/m3.

ARTICLE ORIGINAL ICI

 

Le Tsar Rouge est mort… Vive le Tsar !

La Russie met enfin en route une désacralisation du mythe stalinien.

Bien que les autorités n’en soient pas encore à parler de « déstalinisation » contrairement à nous autres européens, la Doumachambre basse du Parlement Russe – a appuyé le président Dmitri Medvedev dans son effort pour lancer « un processus de « réconciliation nationale», visant à honorer la mémoire des victimes du régime totalitaire » – comme c’est bien dit, n’est-ce-pas?

Ce premier pas concerne le massacre de 4 400 officiers et civils polonais dans la forêt de Katyn en 1940.

Gorbatchev avait déjà reconnu la responsabilité de Moscou dans ce crime « de guerre » en 1990, mais Poutine avait plus ou moins initié un mouvement de recul en laissant se répandre de vieux discours révisionnistes selon lesquels des allemands et non des russes auraient massacrés les polonais.

Aujourd’hui, le Parlement Russe a voté, et la culpabilité de Staline – qui avait donné des ordres directs pour le drame de Katyn – est désormais officielle.

«Les informations, longtemps conservés dans des archives secrètes, ont non seulement révélé l’ampleur de cette horrible tragédie mais également montré que ce crime a été commis sur les ordres directs de Staline et d’autres dirigeants soviétiques», rapporte le texte adopté par les députés. «Il s’agit d’un bon pas et d’un signe important », commente le présidente de la Diète polonaise (leur parlement).

Le vote intervient à quelques jours de la visite de Medvedev en Pologne, et seuls les députés communistes auraient votés contre. Il faut dire que Staline, malgré sa dictature, demeure une figure emblématique dans le pays, puisqu’il est directement associé à la victoire des Russes sur l’envahisseur allemand en 45.

Saung San Suu Kyi : Libre !

Et oui, elle est bien libre !

Enfin pour l’instant…

Après un bref bain de foule hier soir à l’heure de la fin de son assignation à domicile et quelques brèves mots de soutien et de remerciements à la foule birmane, Saung San Suu Kyi est rentrée chez elle.

Cependant , elle s’est rendue directement en ville ce matin, afin de prononcer son premier discours, un discours qui démontre sa détermination à aider l’opposition à lutter contre la Junte Birmane.

Devant le QG de son parti, La Ligue Nationale pour la Démocratie, elle a déclaré « vouloir travailler avec toutes les forces démocratiques« , soit un appel au soutien des nations du monde entier. Le Prix Nobel de la Paix a poursuivi : « Je n’ai aucune rancune à l’égard de ceux qui m’ont détenue. Je crois en les droits de l’homme et en la règle de droit. […] J’ai besoin de l’énergie du peuple […]. Je veux entendre la voix du peuple et, ensuite, nous déciderons de ce que nous voulons faire ».

Selon l’avocate de la militante, sa libération aura bien été inconditionnelle, mais malgré tout, de nombreux pays, dont la France et les US, ont d’ores et déjà prévenu les autorités birmanes que la liberté de la lauréate de la Paix serait surveillée et que tout manquement serait un manquement à ses droits impardonnable.