INTOUCHABLES ♥♥♥♥

Réalisé par  Eric ToledanoOlivier Nakache

Avec François CluzetOmar SyAnne Le Ny, …

Date de Sortie Française : le 2 Novembre 2011

Synopsis : 

A la suite d’un accident de parapente, Philippe, riche aristocrate, engage comme aide à domicile Driss, un jeune de banlieue tout juste sorti de prison. Bref la personne la moins adaptée pour le job. Ensemble ils vont faire cohabiter Vivaldi et Earth Wind and Fire, le verbe et la vanne, les costumes et les bas de survêtement… Deux univers vont se télescoper, s’apprivoiser, pour donner naissance à une amitié aussi dingue, drôle et forte qu’inattendue, une relation unique qui fera des étincelles et qui les rendra… Intouchables.

En savoir plus sur Intouchables sur Allociné.

My Review :

Ma Note : Excellent/ A ne pas rater – 4/5

Pas quoi crier au chef d’oeuvre comme certains (en général, les mêmes qui en font un usage abusif, vous remarquerez), Intouchables est cependant un très bon film (et cela vient de quelqu’un vraiment pas « fana » des productions dramatiques françaises).

Si le film atteint ce niveau de réussite, c’est de par sa qualité globale, son manque de faiblesses pourtant si courantes maintenant en salles obscures, que ce soit sur des produits français ou internationaux.

Déjà, un point fort apprécié par votre servante, et qui, de mon avis, manque en général dans les films français, c’est le ton juste du film. Pouvant être directement montré en exemple en école de cinéma pour illustrer le genre comédie dramatique, Intouchables navigue dans les eaux traîtres du mélo sans jamais virer au pathos (même pas une seconde, fait rarissime aussi) et ce, grâce à un usage acéré et millimétré d’humour parfois osé, de gags, de clichés.

Le scénario est parfaitement ficelé, nous hameçonnant avec une ouverture décalée (voire, inattendue si vous avez échappé au matraquage publicitaire et à la diffusion en boucle de la bande annonce, ce qui est, avouons-le, peu probable) mais qui, pourtant, à une place de pivot dans le film, servant de fil rouge à la séance (puisqu’il s’agit d’un flash-forward) et instaurant d’emblée les rapports entre Philippe/Cluzet et Driss/Omar

L’écriture des personnages, une fois encore, devrait servir d’exemple, tant dans leur caractérisation que dans leur évolution, et ces rôles sont magistralement servis, principalement par le tandem d’acteurs, avec un Omar Sy tout en spontanéité et en légèreté (bien loin de la lourdeur caractéristique de beaucoup de ‘gags’ dans les productions françaises) et un François Cluzet, comme d’habitude talentueux, d’autant qu’il arrive à nous faire partager toutes les émotions que son personnage traverse avec seulement son visage – surtout son regard – et sa voix.

Un très bon film. A voir, définitivement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s