PIRANHA 3D

Réalisé par Alexandre Aja
Avec Elisabeth Shue, Adam Scott, Jerry O’Connell, etc.

Synopsis :

Alors que la ville de Lake Victoria s’apprête à recevoir des milliers d’étudiants pour le week-end de Pâques, un tremblement de terre secoue la ville et ouvre, sous le lac, une faille d’où des milliers de piranhas s’échappent. Inconscients du danger qui les guette, tous les étudiants font la fête sur le lac tandis que Julie, la shérif, découvre un premier corps dévoré… La journée va être d’autant plus longue pour elle que Jake, son fils, a délaissé la garde de ses jeunes frères et sœurs pour servir de guide à bord du bateau des sexy Wild Wild Girls !

En savoir plus sur Piranha 3D sur Allociné.

My Review :

Ma Note : Affligeant/ A éviter comme la peste – 0.5/5

Alors, alors… Il paraît que ce film est un film hommage à ses homologues des 80’s…

Mouais.

Il aura fallu aller jusque là pour justifier ce remake, hein?

Avant que vous me taxiez de fille qui n’y connait rien, je tiens à préciser que j’adore le multiple degré dans les films d’horreur/gore, que je ne jure que par Evil Dead et Drag Me to Hell dans cette catégorie,  et que je m’éclate à regarder les films d’horreur avec des animaux tueurs pour me marrer un bon coup – parce que je sais pertinemment que cela ne me fera pas frissonner.

Mise au point faite…

Maintenant, le remake d’Aja m’est apparu comme une horrible… perte de temps – et encore, je pèse mes mots.

Pour faire simple, je vous résume mes pensées :

– du gore pas vraiment gore,

– une telle quantité de scène avec des filles plus ou moins – voire totalement– nues que ça en devient franchement gavant si on n’a pas, allez,  entre 12 et 19 ans (principalement gavant à cause des décevantes scènes de gore/panique qui ne relèvent pas le niveau),

– des personnages tellement, mais alors, tellement agaçants que l’on en est vraiment pressés qu’ils se fassent bouffer,

– des dialogues pitoyables – et par pitié, ne me dites pas que ça aussi c’est pour le clin d’oeil aux 80’s… parce que pour moi, ça ne justifierai pas l’horreur que mes oreilles ont du subir.

Pour conclure, je dirai – et c’est bien parce que je suis une gentille fifille – que pour moi, Aja a péché par excès, voulant donner à son film un côté trop parodique pour qu’il soit finalement digeste – même pour une grosse maman piranha préhistorique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s